Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Musique baroque en Amérique latine

Publié le par Marie Castillo

Tomas de Torrejon y Velasco (1644-1728), A este sol peregrino, cathédrale de Cuzco, Pérou

Musique baroque en Amérique Latine

 



Connaître le festival international de Musique Renaissance et Baroque Américaine, la musique baroque des Missions des Chiquitos à Santa-Cruz. Le f
http://www.histoire-image.org/photo/fullscreen/den3_robert_003z.jpgestival a été créé il y a dix ans. Il est organisé par l’asociacion Pro Arte y Cultura. Le prochain festival sera organisé en 2008.

 

Voir les commentaires

Hubert Robert et le musée du Louvre

Publié le par Marie Castillo

Hubert Robert part pour l’Italie, sous à la protection du comte de Stainville, futur duc de Choiseul. Il y reste plus de dix ans. Il se forme  à l’Académie de France à Rome et se lie à Piranèse qui influencera fortement son œuvre. Chantre de la poésie des ruines (Rome, Naples), des paysages et des jardins, H. Robert, en véritable romantique avant l’heure, déploie son imagination pour reconstruire les monuments antiques. Peut-être à rapprocher de la démarche de Viollet-Le-Duc en ce qui concerne la restauration des monuments du Moyen-Age (mais avec dans ce cas une dimension politique marquée).  Il imagine également la galerie du Louvre en ruines, souvenir évocateur et romantique d’un futur possible

 

Salons de Diderot (1767) : « Mr Robert, vous ne savez pas encore pourquoi les ruines font tant de plaisir, indépendamment de la variété des accidents qu’elles montrent ; et je vais vous en dire ce qu’il m’en viendra sur le champ. Les idées que les ruines éveillent en moi sont grandes. Tout s’anéantit, tout périt, tout passe. Il n’y a que le monde qui reste. Il n’y a que le temps qui dure. Qu’il est vieux ce monde ! Je passe entre deux éternités. De quelque part que je jette les yeux ; les objets qui m’entourent m’annoncent une fin, et me résignent à celle qui m’attend. Qu’est-ce que mon existence éphémère, en comparaison de celle de ce rocher qui s’affaisse, de ce vallon qui se creuse, de cette forêt qui chancelle, de ces masses suspendues au-dessus de ma tête et qui s’ébranlent. Je vois le marbre des tombeaux tomber en poussière, et je ne veux pas mourir »

 



Voir les commentaires

Au très chrétien Roi, les Amériques en vue

Publié le par Marie Castillo


au commandement..navigation faite par Jacques Cartier, natif de Saint-Malo…pilote



Seconde navigation faicte par le commandement

&voulloir du tres chrestien roy François

premier de ce nom au parachevement de la descouverte

des terres occidentalles estantes soubz

le climat &paralleles des terres &royaulme dudict

seigneur &par luy precedantement ja commencées

a faire descouvrir. celle navigation faicte

par Jacques Cartier natif de Sainct Malo de lisle

en Bretaigne, pillote dudict seigneur, en lan mil

cinq cens trente six.

Voir les commentaires

les codex contemporains : le code civil

Publié le par Marie Castillo



sur les marches napoléoniennes, une oeuvre incontournable...

retenir l’essentiel du code civil :


http://www.legifrance.gouv.fr/WAspad/UnCode?code=CCIVILL0.rcv


art. 1382 :
tout fait quelconque de l'homme, qui cause à autrui un dommage, oblige celui par la faute duquel il est arrivé, à le réparer.


art. 1383 :
chacun est responsable du dommage qu'il a causé non seulement par son fait, mais encore par sa négligence ou par son imprudence.




Voir les commentaires

deployer le palimpseste

Publié le par Marie Castillo

Le palimpseste (du grec ancien palímpsêstos, « gratté de nouveau ») désigne un manuscrit écrit sur un parchemin préalablement utilisé, et dont on a fait disparaître les inscriptions pour y écrire de nouveau. Consevé dans la bibliothèque du monastère de Mar Saba, en Palestine, le palimpseste d’Archimède fait partie d'un manuscrit ayant d'abord présenté une copie de deux de ses oeuvres (Le Traité des corps flottants et La méthode des théorèmes mécaniques), copiées au XIe siècle. Au XIIe-XIIIe siècles, il a été remployé pour en faire un livre de prières (euchologion).

Les Paradis articificiels-Visions d’Oxford – le Palimpseste-Charles Baudelaire


 


Ils ne sont pas morts, ils dorment. On croit que la tragédie grecque a été chassée et remplacée par la légende du moine, la légende du moine par le roman de chevalerie; mais cela n'est pas. A mesure que l'être humain avance dans la vie, le roman qui, jeune homme, l'éblouissait, la légende fabuleuse qui, enfant, le séduisait, se fanent et s'obscurcissent d'eux-mêmes. Mais les profondes tragédies de l'enfance, - bras d'enfants arrachés à tout jamais du cou de leurs mères, lèvres d'enfants séparées à jamais des baisers de leurs soeurs, - vivent toujours cachées, sous les autres légendes du palimpseste. La passion et la maladie n'ont pas de chimie assez puissante pour brûler ces immortelles empreintes. ”

“ Qu'est-ce que le cerveau humain, sinon un palimpseste immense et naturel ? Mon cerveau est un palimpseste et le vôtre aussi, lecteur. Des couches innombrables d'idées, d'images, de sentiments sont tombées successivement sur votre cerveau, aussi doucement que la lumière. Il a semblé que chacune ensevelissait la précédente. Mais aucune en réalité n'a péri. Oui, lecteur, innombrables sont les poèmes de joie ou de chagrin qui se sont gravés successivement sur le palimpseste de votre cerveau, et comme les feuilles des forêts vierges, comme les neiges indissolubles de l'Himalaya, comme la lumière qui tombe sur la lumière, leurs couches incessantes se sont accumulées et se sont, chacune à son tour, recouvertes d'oubli. Mais à l'heure de la mort, ou bien dans la fièvre, ou par les recherches de l'opium, tous ces poèmes peuvent reprendre de la vie et de la force.


Le palimpseste d'Archimède




Le Palimpseste d'Archimède est une des plus anciennes copies d'un ouvrage écrit par le mathématicien, physicien et ingénieur grec, Archimède de Syracuse (287 av. J.-C. - 212 av. J.-C.). Un palimpseste, est un manuscrit écrit sur un parchemin usagé, dont les caractères ont été effacés afin de pouvoir réutiliser le parchemin, qui était rare et coûtait cher à l'époque. Le texte originel d'Archimède (qui a vécu au IIIe siècle avant JC), recopié au Xe siècle [1] , a ainsi été gratté par un prêtre qui a réécrit par dessus un livre liturgique grec, dans la seconde moitié du XIIe siècle ou dans la première moitié du XIIIe siècle[2] [3].

Le Palimpseste d'Archimède est relié sous la forme d'un codex. C'était un livre d'environ 90 pages, avant d'être transformé en un palimpseste de 177 pages. Heureusement, l'effacement du texte original fut incomplet, et on peut encore le lire grâce à des ultraviolets, rayon X et à la simple lumière.

Il fut découvert à Constantinople en 1906 et publié à partir de photographies par le philologue danois Johan Ludvig Heiberg (1854-1928) ; puis traduit du grec en anglais par Thomas Heath. Parmi les textes d'Archimède contenus dans l'ouvrage, ceci permit à la communauté scientifique d'en découvrir certains restés inédits jusque là :


voir article palimpseste d'Archimède sur wikipedia

Voir les commentaires

Cassiodor

Publié le par Marie Castillo


Cassiodor, sénateur, théologien...9ème siècle, auteur du codex Amiatinus, Institutiones Divinarum et saecularium litterarum

Voir les commentaires

décliner le codex comme on décline la porte

Publié le par Marie Castillo

Au Mexique central, à l'époque aztèque, les codex étaient réalisés par des spécialistes appelés tlacuilo (scribe et le peintre). Les codex étaient «lus» et exposés par le tlamatini. Ces ouvrages étaient constitués de longues bandes de peau animale ou de papier indigène appelé amate jusqu’à 12 mètres, fabriqué à partir de fibres de ficus ou d'agave comme le maguey qu'on pliait en accordéon. Ce papier était couvert d'une couche de chaux peinte.


Le tableau est composé d’images codifiées, dessinées et peintes. De dimensions et d'orientations différentes, elles sont soit groupées, soit isolées. La lecture du récit suppose l’appréhension de l’ensemble de l’espace défini sur le feuillet du manuscrit par quadrillage du feuillet étudié, puis par la détermination de groupes thématiques, de groupes pictographiques, et enfin un découpage afin de prendre en considération la forme, la couleur pour le phonétisme, l’échelle, l’orientation, la position, la perspective.

 


Voir un article complet sur wikipedia

http://fr.wikipedia.org/wiki/Codex_indig%C3%A8nes_du_Mexique_central



Extrait du codex de Mendoza (16e siècle). Ce document chiffre le tribut en nature payé par 7 villes aztèques aux seigneurs espagnols de Mexico.)


Le codex Zouche-Nuttall




les annales, appelées xiuhamatl (c'est-à-dire « livre des années »), dont le déroulement correspond aux 52 années du cycle rituel mésoaméricain. Il y est question de conquêtes, de migrations, de tributs ou de généalogies. Il s'agit de codex mixtèques.

Les plus connus sont le « Codex Zouche-Nuttall », le « Codex Bodley », le « Codex Columbino/Becker I », et le « Codex Vindobonensis ». Le codex Zouche-Nuttall est un manuscrit en peau animale, composé de 47 feuilles, plié en accordéon, consacré aux généalogies, aux alliances et aux conquêtes de Tilantongo, une petite cité mixtèque de l'Oaxaca, du XIe au XIIe siècle, et en particulier à un célèbre seigneur mixtèque appelé «Huit Cerf»




Codex Ferjary-Mayer


Les ouvrages rituels traitent de l'influence du calendrier sur la vie humaine. Les tonalamatl : le Codex Fejérváry-Mayer. De type rituel, on le range généralement parmi les codex du groupe Borgia. Il s'agit d'un ouvrage en peau animale plié en accordéon. D'un format de 16,2 cm sur 17,2 cm, il a une longueur de 3,85 m. Il est actuellement conservé au Meyerside Museum à Liverpool en Angleterre




Les Codex Contemporains





Le code barre est un code permettant de représenter des caractères sous forme d’une suite de barres parallèles, d’épaisseur et d’intervalles variables (espaces). Il est lisible automatiquement par un dispositif de lecture optique (douchette, scanner,...) balayant transversalement le symbole. Un code barre contient rarement des données descriptives (nom, adresse, prix article...),
Il permet la lecture automatique d’un code auquel sont liées des informations contenues dans une base, le code produit. Il existe plus de 200 codes barres différents : les codes barres linéaire, les codes 2D (Dimensions), les codes barres matriciels (codés avec des points (carré, hexagonal selon le code barre). Le code barre linéaire et omnidirectionnel à 12 chiffres dit code UPC (Universal Product Code) est le premier système d’identification numérique largement utilisé aux Etats-Unis et au Canada dans le secteur de la distribution. Créé  par George Laurer, ingénieur chez IBM en 1970, il a adopté en 1973 par l’association américaine des professionnels de la distribution. Le code barre fait l’objet d’une normalisation EAN (european article number)



Le codex alimentarius


Le Codex Alimentarius est un programme commun de l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) et de l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) consistant en un recueil de normes, codes d'usages, directives et autres recommandations relatifs à la production et à la transformation agro-alimentaires qui ont pour objet la sécurité sanitaire des aliments, soit la protection des consommateurs et des travailleurs des filières alimentaires, et la préservation de l'environnement.

Site de la commission du Codex alimentarius http://www.codexalimentarius.net/web/index_fr.jsp


La FAO et l’OMS le 9 juillet ont indiqué dans une déclaration conjointe que la Commission du Codex Alimentarius (CCA) avait adopté 44 normes alimentaires nouvelles ou modifiées et établi un ensemble complet de principes d’analyse des risques pour aider les gouvernements à établir leurs propres normes, notamment en ce qui concerne les produits alimentaires qui ne sont pas couverts par les normes du Codex.

Les décisions prises :
- Un code pour éviter ou réduire la contamination des vins par l’ochratoxine
- Une norme révisée pour les préparations pour nourrissons et pour les préparations indiquées à des fins médicales particulières et le révision du code d’usages en matière d’hygiène pour les oeufs et les produits à base d’oeufs qui protégera les consommateurs des bactéries pathogènes telles que Salmonella enteritidis

http://www.fao.org/newsroom/fr/news/2007/1000624/index.html



Da Vinci Code, se divertir ou entrer dans le jeu?






Voir les commentaires

Qu'est-ce que l'ayllu?

Publié le par Marie Castillo

 

L’ayllu est une forme primordiale de l’organisation sociale, compris comme le noyau agrandi de la famille. La spécificité de l’ayllu dans les Andes, ce sont les institutions du travail solidaire, comme l’ayni (voir mon article à ce sujet), forme d’aide mutuelle, la mink'a, forme de rétributions récíproques de travail, el waki,  formes de production agrícole avec le mise en commun d’un côté de la propriété de la terre et de l’autre côté l’apport en semences et le travail, par exemple.

Voir les commentaires

pour un service civique universel européen

Publié le par Marie Castillo

  

Institut Montaigne, Après Erasmus, Amicus… Pour un service civique universel européen, avril 2007, 96 p.

Ce think tank français développe l’idée d’un service civil pour les jeunes dans un autre État membre, baptisé Amicus, pour s’inscrire dans la ligne de plusieurs réflexions européennes existantes tirées des expériences des programmes Erasmus, de l’initiative du Service volontaire européen dénué aujourd’hui d’un caractère universel, comme de la volonté du Conseil des ministres franco-allemand (octobre 2006) de progresser en matière de volontariat franco-allemand. Il mêle références à la mobilité géographique permettant une unification du marché du travail et promotion de la solidarité servant l’émergence d’une citoyenneté européenne pour montrer les avantages qu’en retireraient à la fois la France et l’Union. Mais il reste attentif à ne pas céder à un simple effet de mode et à répondre aux critiques des jeunes eux-mêmes pour qui Erasmus ne s’adresse qu’aux « convaincus ». Sans dissimuler la question du coût, l’Institut Montaigne trace un périmètre opérationnel et les contraintes attachées à ce dispositif non obligatoire. Il souhaite après une mise en œuvre au niveau national une montée en puissance dans toute l’Union, culminant lors d’une présidence française qui en ferait sa priorité.
M.-C. M.

Voir les commentaires

peuples autochtones et environnement

Publié le par Marie Castillo

Comment intégrer des besoins des peuples autochtones dans les programmes de protection de la nature ?

 

 

Voir le dossier World Watch Etat de la planète 2005

http://www.delaplanete.org/Courrier-des-lecteurs.html

 

 

L’Instance permanente sur les questions autochtones aura pour thème spécial de sa septième session en 2007 les changements climatiques.

 

Le choix de ce thème avait constitué l’une des principales revendications des participants à la sixième session de l’Instance permanente, en particulier de la part des communautés autochtones des États insulaires des Caraïbes et du Pacifique. Diverses organisations autochtones ont exprimé leurs profondes préoccupations face aux conséquences de l’évolution du climat menaçant la survie même de leurs communautés (fonte des glaciers continentaux, hausse du niveau de la mer ou la sécheresse). Face au problème du tarissement des réserves d’eau potable, d’autres organisations, comme le Mouvement pour la survie du peuple Ogoni, au Nigéria, ont également suggéré que l’Instance permanente développe à l’avenir le thème de l’eau.

 

(De nombreux experts et représentants autochtones ont exhorté l’Assemblée générale à adopter la déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones, dans les termes du texte déjà approuvé en juin 2006 par la Commission des droits de l’Homme.  Cette adoption est importante, selon les experts de la Chine et de l’Estonie, pour accroître la visibilité des peuples autochtones et permettre l’établissement de mécanismes de suivi de la mise en œuvre des recommandations par les États.)

 

  

Qu’est-ce que l’instance permanente des Nations-Unies sur les questions autochtones ?


(Sur recommandation de la Conférence mondiale sur les droits de l'homme de Vienne en juin 1993, l'Assemblée générale des Nations-Unies a confié à la Commission des droits de l’homme de l’ECOSOC la mission d’examiner la question de la création d'une instance permanente pour les populations autochtones dans le cadre du système des Nations Unies (résolution 48/163 du 21 décembre 1993). )

Sur recommandation de la Conférence des Nations-Unies sur les droits de l'Homme à Vienne en juin 1993 à l’Assemblée générale, l’instance permanente sur les questions autochtones a été créée en 2000 par le Conseil économique et social sur la base de la résolution 2000/22, en tant qu'organe consultatif du Conseil  en matière de développement économique et social, de culture, d'environnement, d'éducation, de santé et de droits de l'homme. L'Instance permanente exerce les fonctions suivantes :

 

1) fournir des conseils spécialisés et des recommandations sur les questions autochtones au Conseil ainsi qu'aux programmes, fonds et institutions de l'ONU;


2) sensibiliser et encourager l'intégration et la coordination des activités relatives aux questions autochtones au sein du système de l'ONU;


3) élaborer et diffuser des informations sur les questions autochtones.

Cette instance permanente est composée de 16 experts indépendants dont 8 autochtones et 8 experts recommandés par les Etats ayant des territoires occupés par des peuples autochtones.

 

http://www.un.org/french/hr/indigenousforum/2004/

 

 

Deskaheh

chef Cayuga, des Iroquois
1923, société des Nations

Voir les commentaires

<< < 10 20 30 40 41 42 43 44 45 > >>